FINAL
2
5
    

NOUVELLE DE DERNIÈRE HEURE ; Kessel échangé. Détails à suivre. La saga Phil Kessel se poursuit

Publié le 29 juin 2019 à 19h37
PAR

Il n’est plus possible de fermer les yeux sur la saga Phil Kessel dont les relations avec l’équipe seraient maintenant rendues à un point de non-retour ce qui est un peu étonnant. Plus tôt, l’ailier droit avait fait avorter une transaction qui l’aurait fait passer au Wild du Minnesota en faisant valoir sa clause de non-échange; celle-ci lui permettant de choisir les huit équipes où il accepterait d’être transigé. Suite à cet échec, Jim Rutherford, le DG des Penguins, avait déclaré qu’il ne l’échangerait pas. Selon Josh Yohe de The Athletic, Kessel serait cependant bel et bien de retour sur le marché des transactions, et ce, sans aucun doute, malgré sa clause de non-échange et son salaire de 6.8 Millions$ sur le cap salarial. Le directeur général, qui vient d’être élu au Temple de la Renommée, aurait donc changé d’avis, mais pourquoi?

Rutherford n’a pas caché son désir de rajeunir son alignement en plus d’y ajouter de la rapidité. C’est d’ailleurs une des raisons pourquoi l’équipe n’aurait pas l’intention de tenter d’acquérir les services de Corey Perry ou de Wayne Simmonds sur le marché des agents libres sans compensation. Échanger Kessel, lui permettrait d’obtenir le genre de jeune joueur rapide qu’il recherche, mais, selon Rob Rossi de The Athletic la clause de non-échange de Kessel et son intransigeance tiendrait l’équipe en otage en quelque chose puisque le DG n’aurait évidemment pas toute la latitude voulue.

Le problème serait cependant beaucoup plus grave et surtout plus étendu que ce qu’on pourrait penser. Rossi a, en effet, révélé des détails troublants, qui lui ont été confiés par une source dans l’équipe, concernant ce qui se passe en réalité entre Kessel et l’entraîneur-chef Mike Sullivan. Et ce qui aggrave la situation est le fait qu’Evgeni Malkin se retrouve pris entre les deux; il en serait même grandement affecté.

Kessel ne se considère pas comme un centre de troisième trio et insisterait pour jouer avec Malkin. Lorsque Sullivan a décidé de modifier ses trios, il aurait été estomaqué de constater la réaction négative du principal intéressé. Rutherford serait même inquiété par l’indifférence dont fait preuve Kessel envers l’équipe d’instructeurs; ce dernier n’ayant pas hésité à contester plusieurs décisions de Sullivan et de l’entraîneur adjoint Mark Recchi. Cette situation aurait eu un impact sur Malkin qui a connu beaucoup de difficultés sur la glace la saison dernière.


Selon Rossi, Sullivan ne voit aucun inconvénient à faire jouer ses meilleurs éléments sur des trios différents. Ses sources lui ont cependant confié que l’entraîneur-chef était souvent perplexe et surtout agacé, le mot est faible, par la réaction de Kessel lorsqu’il tentait différentes combinaisons quand lui ou Malkin n’arrivait pas à produire sur une base régulière. Même ceux qui sont des fans de Kessel, parmi le personnel chargé des opérations hockey, ont admis en privé que Sullivan se retrouvait fréquemment dans une situation sans issue avec Kessel pour qui c’est Malkin ou personne d’autre.

Même si Sullivan et son personnel d’instructeurs croient que Malkin et Kessel sont redoutables à 5 contre 5 lorsqu’ils sont jumelés, ils sont d’avis qu’ils effectuent trop de passes à haut risque qui provoquent souvent des revirements qui se soldent en chances de marquer pour l’adversaire. De plus, l’implication défensive de Malkin, qui s’était améliorée après leurs deux conquêtes consécutives de la Coupe Stanley, ne cesse de se détériorer depuis deux ans. Et la majorité du blâme pour cette régression est imputée à Kessel puisque Malkin a adopté plusieurs de ses mauvaises habitudes, des façons de jouer que les instructeurs détestent incluant un inconstant repli défensif, de l’inattention concernant ses responsabilités dans sa propre zone et une pauvre gestion de rondelle en zone neutre.

Malkin aurait verbalisé son inconfort face à la situation et aurait exprimé le souhait de ne plus jouer sur le même trio que Kessel. Il ne veut pas non plus continuer à servir de médiateur entre ce dernier et l’entraîneur-chef. La saison dernière, il a même confié à des amis être inconfortable en étant pris entre Kessel et Sullivan. Ses coéquipiers de longue date croient aussi que d’être le « gars du milieu » a contribué à son inexplicable baisse de régime après avoir connu un bon premier mois en 2018-2019.

En plus de tout le reste, Kessel serait une mauvaise influence pour les jeunes joueurs comme Jake Guentzel. La même source aurait confié à Rossi que celui-ci est un adepte du Rivers Casino de Pittsburgh où il est connu comme étant un régulier. Il y a même été vu à plusieurs reprises les journées précédant les matchs. Ce qui est devenu un problème pour l’organisation est aggravé par le fait qu’il n’y va pas seul. En effet, il s’y rend avec certains jeunes joueurs dont Guentzel.

Tous ces éléments font en sorte que Rutherford serait maintenant, plus que jamais, motivé à échanger Kessel, cependant, c’est plus facile à dire qu’à faire. Non seulement sa clause de non-échange complique la situation, de plus, quelle équipe voudra transiger pour obtenir les services d’un joueur talentueux certes, mais qui risque de perturber le club de plus d’une manière?

Selon vous, est-ce que Rutherford réussira à échanger Kessel maintenant que les autres organisations en connaissent davantage sur lui?
Crédit : Hockeyfeed.com

Crédit : Hockeyfeed.com
10 dernières chroniques