FINAL
1
3
    

Selon Renaud Lavoie, il n'y aurait actuellement qu'une équipe prête à faire une offre hostile à Mitch Marner

Publié le 31 mai 2019 à 20h01
PAR

Les offres hostiles ne sont pas monnaie courante dans la LNH et ce n’est pas seulement une question de prix à payer, que ce soit monétaire ou en choix de repêchage. En fait, le coût final risque d’avoir un tel impact que les directeurs généraux y pensent à deux fois avant d’en faire une. Mais pourquoi tant d’hésitation?

La dernière offre hostile a été effectuée il y a six ans lorsque Ryan O’Reilley a accepté celle de Jay Feaster, DG des Flames de Calgary en 2013; une saison écourtée par le lock-out. Quand cela se produit, l’équipe actuelle du joueur a sept jours pour égaler l’offre signée par ledit joueur avec une autre équipe. Le DG de l’Avalanche du Colorado, Greg Sherman, n’avait cependant pas attendu aussi longtemps puisqu’il l’avait égalée le soir même. Colorado a ensuite échangé O’Reilley deux ans plus tard aux Sabres de Buffalo; en égalant l’offre, l’Avalanche devait, en effet, attendre au moins une saison complète avant de pouvoir effectuer une transaction l’impliquant.

C’est très rare que des directeurs généraux tournent le dos à un de leurs joueurs vedettes et qu’ils acceptent plutôt les choix de repêchage offerts en compensation. Mitch Marner pourrait cependant être le prochain joueur à signer un tel contrat cet été puisque les Leafs rencontrent des difficultés à lui en faire signer un nouveau. De plus, Kyle Dubas, leur DG, doit jongler avec un cap salarial serré qui pourrait lui compliquer la tâche s’il devait égaler une offre hostile comparable au contrat qu’il a consenti cet hiver à Auston Matthews (5 ans d’une valeur de 58,170 Millions$); actuellement Dubas n’a que 9 Millions$ de disponibles sur la masse salariale. Marner semble avoir décidé de tester le marché des joueurs autonomes avec restriction ce qui est loin d’être une bonne nouvelle pour Toronto; le principal intéressé ayant, en effet, déclaré qu’il pourrait attendre et écouter les offres des autres équipes lorsqu’il pourra le faire soit à partir du 26 juin.

Signer un agent libre avec compensation est quelques fois considéré comme « tabou » par les directeurs généraux et plusieurs considèrent qu’une loi non écrite les empêche de le faire. Selon Renaud Lavoie de TVA Sports, une seule équipe serait actuellement prête à faire une offre à Marner. Il s’agit des Hurricanes de la Caroline. En effet, selon lui, leur propriétaire, Tom Dundon, pourrait être le seul à confier ce mandat à ses hommes de hockey. « Les directeurs généraux se tiennent actuellement, a-t-il révélé. La seule équipe prête à soumettre une offre hostile est la Caroline. »


Depuis qu’il a fait l’acquisition de l’équipe, Tom Dundon effectue les choses à sa façon sans nécessairement suivre les règles, écrites ou non. Il ne semble pas non plus s’en faire outre-mesure avec le fait que ses décisions puissent, ou non, plaire à ses homologues. Selon Renaud Lavoie, il ne s’en fait pas une miette. « Je le verrais donc imposer une telle chose à son directeur général. À mon avis, c’est le seul cowboy qui serait prêt à faire ça. »

En juillet 2012, Paul Holmgren, alors DG des Flyers de Philadelphie et l’actuel président de l’équipe, avait fait signer une offre hostile à Shea Weber. Les Predators l’avaient égalée, mais Holmgren a admis que sa décision d’alors avait eu un impact sur ses relations avec ses homologues de la LNH. Est-ce que cela vaut la peine de prendre un tel risque et de se mettre à dos les autres directeurs généraux pour un joueur qui, au final, poursuivra sa carrière avec la même équipe puisque l’offre aura été égalée? C’est une réflexion que devront avoir les autres DG avant de se lancer.

Selon vous, est-ce qu’un des directeurs généraux acceptera de prendre le risque de faire une offre hostile à Mitch Marner sachant le prix, à court et à long terme, qu’il aura à payer?

Crédit : hockeyfeed.com
10 dernières chroniques
pub