FINAL
1
3
    

Matt Duchene explique pourquoi il a choisi Nashville plutôt que Montréal

Publié le 9 juillet 2019 à 19h09
PAR

Lundi dernier, Matt Duchene a décidé de signer un contrat avec Nashville d'une durée de sept ans, qui lui rapportera 56 millions au total (soit huit millions par année en moyenne).

Pendant plusieurs semaines, les rumeurs mettaient Montréal et Nashville dans les deux équipes en tête pour le derby Duchene, qui a finalement décidé d'aller dans la capitale du country.

Aujourd'hui, Matt Duchene était présenté pour la première fois à Nashville devant les médias. On a dévoilé le numéro du chandail qu'il allait porter, à savoir le 95, le même numéro qu'il portait à Ottawa et à Columbus. Avant cela, lorsqu'il jouait au Colorado, il arborait le numéro 9.




Durant la présentation, l'organisation des Prédateurs de Nashville a aussi donné une guitare aux couleurs de l'équipe. L'année dernière, une vidéo de lui en train de jouer et de chanter «Shallow», le fameux titre du film «A star is born», à son jeune enfant Beau Duchene, avait d'ailleurs fait fureur sur internet.

Durant l'entretien, il expliquait que Nashville était une ville agréable pour élever son enfant et que ça faisait plusieurs années qu'il rêvait de jouer et de vivre dans une ville comme Nashville.

«C'est un peu surréaliste», a dit Duchene.

«On a parlé pendant des années de si on finit à Nashville, ou ce genre de choses encore et encore. C'est vraiment cool pour nous. On essaie de s'enraciner ici. C'est un endroit que nous avons toujours pensé être un endroit idéal pour élever une famille. Nous sommes très enthousiastes à l'idée de cette perspective. On s'occupera de tout ça pour que quand la saison arrive, c'est le match et tout sur le hockey.»

Il a également parlé du fait que l'équipe avait beaucoup de joueurs talentueux, même au-delà du top 6 et que c'était définitivement quelque chose de motivant pour signer avec l'équipe.

Il évoque aussi la pression qui vient avec sa signature et il explique que c'est probablement une des erreurs qu'il a commises quand il était plus jeune, à savoir se mettre trop de pression sur les épaules. Il ne refoule pas non plus le fait que les attentes sont élevées à son endroit et qu'il va devoir prouver que l'organisation a fait un bon choix en acceptant de le signer pour sept ans.
10 dernières chroniques
pub