F (P)
1
2
    

Cinq grandes questions sur la prochaine édition des Canadiens de Montréal

Publié le 12 septembre 2019 à 18h20
PAR

Le camp d’entraînement des Canadiens de Montréal débute demain, alors que 57 joueurs sauteront sur la glace du Complexe Bell à Brossard. Après une saison remplie de surprises, les attentes seront beaucoup plus élevées de la part des partisans de la Sainte-Flanelle.

Bien que l’alignement soit sensiblement le même que l’an dernier et qu’aucun vétéran en fin de carrière ni aucun joueur ayant obtenu un essai professionnel ne se présentera au camp d’entraînement des Canadiens de Montréal, l’organisation montréalaise a plutôt décidé de faire place aux jeunes. L'état-major des Canadiens croit que six ou sept recrues pourraient surprendre, mais qu'une ou deux pourraient commencer la saison à Montréal. Cette transition jeunesse apporte plusieurs questionnements auxquels il sera possible de répondre après le 3 octobre seulement, date du premier match de saison régulière des Canadiens de Montréal face aux Hurricanes de la Caroline. Voici donc cinq questions indispensables sur l'édition 2019-2020 des Canadiens de Montréal.

(1) Une congestion à prévoir au poste de centre?

Pour une première fois depuis plusieurs années, les Canadiens de Montréal ont un problème au poste de centre. Rapidement, il serait facile de nommer Domi, Danault, Kotkaniemi et Thompson pour commencer la saison 2019-2020. Cependant, on veut laisser la place aux jeunes et plusieurs cognent à la porte. L’organisation laissera-t-elle la chance à Ryan Poehling et Nick Suzuki de prouver ce qu’ils peuvent apporter au sein de l’équipe?


Ils ne sont pas les seuls qui sont des candidats potentiels pour un poste de joueur de centre régulier au sein de la formation montréalaise. Nous avons qu’à penser à Nick Cousins, Jordan Weal, Matthew Peca et Charles Hudon. D’autres joueurs comme Jake Evans, Lukas Vejdemo, Josh Brook, Cale Fleury, Noah Juulsen et Otto Leskinen ne commenceront pas la saison à Montréal, mais tenteront de laisser une bonne impression en attente d’un coup de fil lorsque surviendra une blessure au courant de la saison.

(2) Qui jouera à la droite de Drouin et Domi?

L’un des changements importants à prévoir lors de cette édition 2019-2020 des Canadiens de Montréal est le joueur qui évoluera à droite du deuxième trio. On se rappellera qu’Andrew Shaw a été échangé aux Blackhawks de Chicago en retour de choix de deuxième, troisième et septième rondes.

Avec son départ, le choix le plus logique serait de faire jouer Paul Byron avec Domi et Drouin. Byron a joué quelques matchs la saison dernière avec les deux Québécois. Cependant, plusieurs analystes placent Nick Suzuki à la droite du deuxième trio. Même s’il est naturellement un joueur de centre, Suzuki a passé tout le camp des recrues sur le flanc droit de Ryan Poehling et de Rafaël Harvey-Pinard.

(3) Un rôle plus important pour Kotkaniemi?

La saison dernière, le choix de premier tour des Canadiens de Montréal a surpris tout le monde en se taillant un poste avec la formation montréalaise. Il a terminé neuvième meilleur pointeur chez les recrues en récoltant 11 buts et 23 passes pour un total de 34 points en 79 matchs. Malgré un temps de jeu ménager par son entraîneur-chef Claude Julien, Kotkaniemi a vu la majorité de son temps de jeu au centre du troisième trio et au sein de la deuxième vague de l’avantage numérique.

Cette saison, Kotkaniemi arrive avec des attentes beaucoup plus grandes envers lui. On sait déjà qu’il a pris beaucoup de masse musculaire et de rapidité sur ses patins. Les responsabilités seront-elles plus grandes pour lui? Il sera sûrement possible de voir Kotkaniemi évoluer sur la première vague de l’attaque massive la saison prochaine. Cependant, se retrouvera-t-il sur le premier ou deuxième trio du Tricolore? Il est difficile de penser qu’il pourra déloger Domi ou Danault sur l’un des deux premiers trios. Cependant, certains analystes proposent de placer Domi à l’aile, sa position naturelle, et de faire jouer le jeune joueur au centre des deux Québécois. Est-ce que cela pourrait être une option réalisable?

(4) Qui jouera avec Shea Weber

Le capitaine, maintenant en santé, il n’y aura pas d’interrogation, comme l’an dernier, pour savoir qui jouera le leader à la position de défenseur. Cependant, l’éternelle question continue de circuler, qui jouera avec lui?

Même si Marc Bergevin a fait l’acquisition de Ben Chiarot sur le marché des joueurs autonomes, celui-ci devrait combler le départ de Jordie Benn à Vancouver. C’est donc dire que les Canadiens de Montréal n’ont toujours pas de défenseurs pour jouer avec Weber. Les options sont très minimes dans ce cas. Victor Mete devrait retrouver son partenaire de jeu de la saison dernière. Il y a aussi l’option de Brett Kulak, qui a été le partenaire de Weber pendant quelques matchs l’hiver dernier. Même si ces options ne sont pas parfaites, il faudra s’y faire!

(5) Un avantage numérique efficace?

Les Canadiens de Montréal ont terminé avant-derniers pour le pourcentage de buts en avantage numérique (13,2 %). Shea Weber l’a martelé lors du tournoi de golf de l’équipe : «  Il faudra s’améliorer en avantage numérique si l’on veut participer aux séries éliminatoires  ». Cependant, seront-ils capables de le faire?

Il est évident que la présence de Shea Weber dès le début de la saison ne nuira pas à l’avantage numérique. Cependant, tout ne devra pas passer par lui. Claude Julien profitera du camp pour s’assurer que tout le monde comprend bien la structure qu’il entend déployer en supériorité numérique. La présence plus régulière de Kotkaniemi sur la première vague pourra-t-elle aider? Danault pourrait-il y participer davantage? Plusieurs solutions sont envisageables, mais inscrire seulement 31 buts en 235 occasions avec l’avantage d’un homme, ça fait mal... Surtout quand l’équipe rate les séries par seulement trois points.

Crédit: TVA Sports
10 dernières chroniques
pub