FINAL
2
5
    

Brett Connolly : Une cible réaliste pour le Canadien?

Publié le 18 juin 2019 à 11h43
PAR

logo1 Comme c’est le cas à chaque année, beaucoup de noms passent dans la machine à rumeurs lorsqu’arrive la date fatidique du 1er juillet, principalement à Montréal. Chaque nom pouvant intéresser le CH fait surface et tous les faits et gestes de Marc Bergevin sont scrutés à la loupe.

Les rumeurs sont là pour faire réagir les gens et engendrer des discussions. Lorsque nous rapportons une rumeur, nous n’affirmons pas nécessairement que le joueur en question jouera à Montréal dès la saison prochaine. Notre but n'est pas de créer des rumeurs, mais bien de les rapporter, de les traiter et d'y ajouter de l'information dans le but que vous, internautes, puissiez en discuter.

Aujourd’hui, Tony Marinaro, animateur radio au TSN690, nous offre la proposition suivante :

« Une cible réaliste pour le Canadien de Montréal serait Brett Connolly ».


logo15 Connolly, 27 ans, a joué les trois dernières saisons avec les Capitals de Washington, remportant la Coupe Stanley lors de la saison 2017-18. Cette année-là, il avait connu une saison de 27 points (15 buts et 12 mentions d’aide) en 70 matchs. Par contre, cette saison, Connolly est resté en santé, ce qui lui a permis d’ajouter 19 points, soit 46 au total (22 buts et 24 mentions d’aide) en 81 matchs.

Joueur autonome libre comme l’air le 1er juillet, il vient de conclure un contrat qui lui rapportait 1,5M$ annuellement. Il chargera probablement un peu plus cher en vue de la prochaine saison, mais il ne devrait pas coûter 5M$ non plus. Ancien choix de 1er tour (6e au total) du Lightning de Tampa Bay en 2010, Brett Connolly est un ailier droit de 6 pieds 3 et 195lbs. C’est un gros bonhomme capable de marquer des buts, lui qui en a marqué 22 cette saison et 15 lors des deux saisons précédentes.


logo1 Marinaro affirme aussi que Connolly se retrouve présentement dans son « prime », c’est-à-dire au sommet de son potentiel, il serait donc peut-être intéressant de se tourner vers lui lors de l’ouverture des joueurs autonomes, au lieu de dépenser trop d’argent sur un joueur comme Wayne Simmonds, par exemple, qui a 30 ans et dont la production, bien qu’elle ait été bien meilleure que celle de Connolly dans le passé, semble commencer à baisser. Bien que Simmonds joue un style plus agressif que Connolly, il serait peut-être judicieux de sauver quelques millions de dollars en jetant notre dévolu sur Connolly pour une production potentiellement similaire.

Qu’en pensez-vous? L’addition de Connolly à l’aile droite pourrait aider le Canadien en ajoutant entre 15 et 20 buts et, s’il reste en santé, il pourrait peut-être continuer sa progression offensive et en apporter plus qu’anticipé au départ…

Prendriez-vous une chance avec Brett Connolly? Si oui, quelle serait votre offre?
10 dernières chroniques