Annonce tragique: un joueur actuel des Islanders de Charlottetown décide de prendre sa retraite en pleine saison à 19 ans

Publié le 31 octobre 2023 à 10h48
PAR MIKE BOUCHARD

Nous avons appris une nouvelle tragique dans les dernières heures. L'assistant-capitaine des Islanders de Charlottetown, Lane Hinkley, a annoncé sa retraite, suite à une lésion cérébrale révélée lors d'un examen médical.

Ses blessures, notamment des commotions non résolues, ont motivé sa décision.

À 19 ans, il quitte le hockey, ayant joué pour trois équipes en quatre saisons, totalisant 143 matchs et 25 points.

Vous pouvez voir la publication de Lane Hinkley ici:


Eh bien, ça y est. Vendredi matin, on m'a dit que ma carrière de hockey était terminée. Trop de chocs, trop de coups, trop de commotions dont je n'ai pas guéri correctement. Le médecin a dit que mon IRM a montré une lésion de 25 mm sur 17 mm sur mon cerveau, ainsi que d'autres cicatrices dont ils ne pouvaient déterminer la taille. Actuellement, je risque de souffrir de CTE et de démence précoce. Le hockey est un sport difficile. Même si c'est la fin, ce n'est pas ainsi que je voudrais être rappelé par mes pairs et ceux qui m'ont vu jouer. À mes coéquipiers : je tiens à vous tous. Chaque petit moment que nous avons vécu ensemble compte et mérite d'être rappelé. J'espère que vous apprécierez chaque moment comme je le fais. Peu importe, c'était agréable d'être entouré de vous. Nous sommes une grande famille, et vous, en tant que coéquipiers, êtes devenus ma partie préférée de venir à la patinoire chaque jour. En particulier à mes gars des Islanders, je vous aime et souvenez-vous, les bonnes équipes ne perdent pas le samedi. À tous ceux qui m'ont soutenu : merci. Je n'oublierai jamais mon premier match au Centre 200, en regardant dans la foule et voyant un petit garçon avec un maillot Hinkley. Un gros 77 dans le dos, un grand sourire sur son visage. C'est l'un de mes moments les plus fiers et je ne l'oublierai jamais. Chaque fois que je jouais à Sydney, c'était comme un retour à la maison. C'était mon endroit préféré pour jouer, sans aucun doute. Enfin, je veux clarifier quelque chose. La façon dont j'ai joué au hockey a finalement mis fin à ma carrière. Mais je ne regretterai jamais un seul choc ou coup que j'ai jamais donné. Je ne m'excuserai jamais pour la façon dont j'ai joué. Je n'ai pas marqué beaucoup de buts vers la fin, mais j'étais un sacré dur et personne ne peut me l'enlever. Je porte fièrement ces cicatrices sur mes mains. Venant d'une petite ville du Cap-Breton, je me sentais béni de simplement patiner sur la glace d'une patinoire de la LHJMQ. Il est surréel que j'aie pu jouer 143 matchs et finir finalement comme assistant capitaine avec les Islanders. Avant même d'avoir joué un seul de ces matchs, mon cousin Marco m'a dit d'apprécier chaque seconde, car avant de le savoir, c'est terminé. Il avait raison. Je suis reconnaissant pour tout ça.
Merci,
19.

10 dernières chroniques
pub