FINAL
1
3
    

Gisant sur la glace, la tête ensanglantée, les arbitres laissent aller le jeu!

Publié le 17 novembre 2019 à 15h22
PAR

S'il y a un emploi ingrat dans le monde du sport, c'est bien celui des officiels, tous sports confondus. En effet, que ce soit au football, au baseball et plus près de nous au hockey, le travail des arbitres n'est certes pas reconnu à sa juste valeur, ayant de vives décisions à prendre sur des jeux parfois difficiles à juger dans le feu de l'action, ils sont souvent critiqués dans leurs verdicts.

Certes, les entraîneurs, analystes ainsi que la plupart des partisans sont aptes à pardonner une «faute» lors d'un jeu exceptionnel.

Par contre, ce qui choque tous et chacun en ce qui concerne le travail des officiels et qui est récurrent, c'est lorsqu'il y a manque de jugement.

Effectivement, au-delà des règlements écrits noir sur blanc dans le «grand livre», il y a également un pouvoir discrétionnaire qui leur est attribué selon la situation.


image

C'est exactement le pouvoir discrétionnaire, qui n'a pas été effectué par les arbitres, lors de la rencontre entre l'Avalanche du Colorado et les Canucks de Vancouver, qui a suscité l'ire de tous sur les réseaux sociaux.

Avant de poursuivre, voici la séquence en question :


En troisième période, l'attaquant Matt Calvert est demeuré allongé sur la glace, la tête ensanglantée, après avoir été atteint par une rondelle. Le jeu s’est alors tout bonnement poursuivi, si bien qu’Alexander Edler a profité de la confusion pour marquer.

Les joueurs de l’Avalanche sur la patinoire, dont le défenseur Erik Johnson et l’attaquant étoile Nathan MacKinnon, ont pourtant fait plusieurs fois signe aux officiels d’interrompre l’action.

Le règlement de la LNH indique que «lorsqu'un joueur est blessé et ne peut retraiter au banc, le jeu ne doit pas être interrompu tant que l’équipe dudit joueur n’a pas le contrôle de la rondelle». Par ailleurs, si l’équipe du joueur en question est en possession du disque au moment de la blessure, le jeu doit être arrêté à moins que ladite équipe soit en position de marquer.

Mais dans les cas où il est évident qu'une blessure sérieuse a été subie, stipule le règlement, l’arbitre ou le juge de ligne peut immédiatement mettre fin au jeu.

Les officiels ont ainsi un pouvoir discrétionnaire. Malheureusement, ce soir-là, les arbitres semblent avoir manqué à leur tâche...

image

D'ailleurs, Johnson et MacKinnon en avaient long à dire à la fin de la rencontre...

Propos recueillis par TVA Sports

«C’est une cr... de blague, a pesté Johnson selon des propos relayés par The Athletic. Veux-tu protéger le gars? Il a une famille à la maison. Il gît sur la patinoire avec du sang qui coule de sa tête et ils n’utilisent pas leur cr... de sifflet? C’est une farce. C’est une farce et ils devraient avoir honte d’eux-mêmes [les officiels].»

«Je ne peux pas imaginer un autre sport dans lequel on laisse cela arriver, a déploré MacKinnon. Un joueur saigne du côté de la tête et gît sur la glace, inerte, et il n’y a pas de coup de sifflet. Je sais que c’est un moment important dans la rencontre. Ce n’est pas la faute de l’arbitre. C’est la faute de la Ligue. Si tu vois du sang, ou n’importe quel contact à la tête ou au visage, je crois que c’est dangereux et évidemment, c’est encore pire en raison du but accordé.

Au moment d'écrire ces lignes, aucune mise à jour n'avait été fournie quant à l'état de santé de Calvert, qui n'est pas revenu dans le match après l'incident, samedi soir.

«Et s'il était resté allongé et serait mort sur la glace? a demandé Johnson. Pour qu'un jeu en zone offensive se poursuive? C'est une blague. Ça doit changer. Si c'était un de leurs gars, je m'attendrais à la même chose.»
SONDAGE
17 Novembre   |   418 réponses
Gisant sur la glace, la tête ensanglantée, les arbitres laissent aller le jeu!

Selon vous, est-ce que les officiels ont manqué de jugement?

Oui32678 %
Non9222 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques
pub