photo

RYAN POEHLING : UN JOUEUR À OUBLIER POUR LE FUTUR DE L'ORGANISATION?

Tous se souviendront de l'incroyable performance de quatre buts lors du dernier match de la saison 2018-2019, toutefois, plus d'un an plus tard, les commentaires positifs à son endroit se font beaucoup plus rares. En effet, vendredi dernier, l'entraîneur du Rocket de Laval, Joel Bouchard, s'est présenté devant les caméras pour répondre à quelques questions sur son joueur, Ryan Poeling. Dans cette entrevue, même si Bouchard ne pouvait parler des conditions avec lesquelles Poehling se présentait physiquement, il est le premier à ne pas être inquiet de l'avenir du numéro 25.




En fait, pour l'ancien dirigeant de l'Armada, l'Américain n'est pas vraiment différent des autres jeunes de son stade. « Je ne peux pas parler de sa condition physique parce que je n’étais pas là avec le Canadien. [...] Mais je l’ai senti que sa première année professionnelle a été une année assez différente de ses années amateurs, a euphémisé Bouchard. C’est pareil pour tous les jeunes joueurs. La première année professionnelle, c’est beaucoup de mouvements, beaucoup d’émotions, beaucoup de défis. On a eu des bonnes discussions là-dessus. »

Même s'il n'a pas joué à Toronto, Poehling a beaucoup appris. Il pourra s'inspirer de son coéquipier, Jesperi Kotkaniemi, qui a de son côté vécu une progression hallucinante entre l'arrêt des activités et le retour contre les Pens. Bouchard croit que Ryan Poehling ne vit pas une énorme différence à la situation du Québécois, Phillip Danault.

« Quand quelqu’un vit une situation semblable à la tienne, c’est toujours un point de repère positif, croit Bouchard. C’est aussi arrivé à des joueurs qui sont avec le Canadien. Demandez à Phillip Danault, je suis sûr qu’il a eu des moments plus difficiles en début de carrière où le hockey professionnel lui a posé des défis. Ryan n’est pas différent et ce n’était pas négatif pour moi de voir qu’il apprenait des nouvelles choses dans un nouveau calibre et un style de jeu complètement différent du hockey universitaire. Et tu as raison, le fait de voir comment Kotkaniemi a réagi en séries éliminatoires, je pense que c’est positif pour lui. »

Pour le coach du Rocket, Poehling ne vit qu'une mauvaise passe, chose que vivent pratiquement tous les joueurs à un moment ou à un autre. « Les gars vont tous fesser le mur à un moment donné dans leur première année professionnelle. Il y en a qui le gèrent un peu mieux que d’autres. Mais il n’y a absolument rien d’anormal pour un jeune joueur que le niveau de jeu le challenge à sa première année. Ça ne sera pas le premier ni le dernier. »

En bref, il sera intéressant de voir l'avenir de ce centre. En sachant que la situation du Canadien au centre est questionnable, avec sa profondeur trop imposante, l'utilisation future de l'ancien universitaire sera sans doute à surveiller.



Crédit: RDS
MATHIEU FOURNIER
12 SEPTEMBRE 2020  (9H49)